En vacances, comment équilibrer le planning des enfants?

by Mélanie WILMS 0

Après une année scolaire sans doute bien chargée, voici venu le temps de changer de rythme et, mieux encore, de ralentir la cadence. Avec Kenza Jai Hokimi, coach familiale, art thérapeute et maître praticienne en PNL, on se penche sur le juste équilibre à atteindre entre activités, calme et farniente.

 

 

Un temps de ressourcement
Instants privilégiés de ressourcement et de bien-être pour toute la famille, les vacances permettent aux enfants et aux parents de bénéficier de temps libre à partager ou non selon le moment de la journée. Bien que vous ne puissiez pas être disponible à 100%, tentez de vous ouvrir à la parenté positive, soyez l’adulte que vous avez envie d’être, en acceptant que vous n’êtes pas des parents parfaits mais que vous faites tout ce que vous pouvez. Soulignons toutefois qu’il est essentiel d’accorder à votre enfant un minimum de 15 minutes tous les jours afin de tisser des liens avec lui à travers la création d’un espace de dialogue ou de jeu propice au développement de l’autonomie. Tentez également de vous connecter à lui lors de ces moments de jeu. L’observer et lui parler de son activité vous permettront d’accrocher son attention, d’accéder à son univers et ainsi d’être vraiment à sa hauteur.

Une temporalité essentielle
Bien que les vacances soient consacrées au repos et au bien-être, il est important de mettre en place une routine ou de créer des rituels qui font office de points de repères afin de permettre à votre enfant de se situer dans l’espace et dans le temps. A noter qu’il est primordial d’instaurer des moments de repos durant les vacances et qu’il est totalement exclu de réveiller l’enfant pendant son temps de sommeil.
Il est en outre essentiel de créer un pont entre les vacances et la vie scolaire afin qu’il ne perde pas le rythme. Les vacances pouvant constituer un moment privilégié pour agrandir le champ de connaissances de votre enfant et stimuler son désir d’apprentissage de manière ludique, aménagez une vingtaine de minutes réservées à cela chaque jour. Il sera alors indispensable de s’intéresser à ce qu’il a pu faire, ou ne pas faire, afin qu’il comprenne que votre soutien est inconditionnel et que vous êtes là pour le prendre en considération et l’écouter.

Une place à l’ennui
Outre les nombreuses occupations, moments de repos et temps de jeu nécessaires à l’équilibre de l’enfant, laissez-lui l’occasion de ralentir la cadence et d’envisager l’ennui comme un outil vital l’ouvrant à un espace intemporel. Véritable moyen de connexion à soi, de détente et de lâcher prise, l’ennui permet en effet à l’enfant de recharger ses batteries et de redynamiser la structure même de son bien-être.
Quand un enfant s’ennuie, il est plus apte à occuper son temps et à utiliser ce qu’il y a autour de lui. Terreau fertile, le jeu libre a pour effet de stimuler l’imaginaire de l’enfant, sa spontanéité et son plaisir d’expérimenter avec un détachement du résultat.
Il n’est dès lors pas nécessaire de s’obstiner à occuper son planning au maximum, mais plutôt de lui donner du temps non structuré et sans écran, lui laissant la possibilité de s’ennuyer et de laisser libre cours à son expression créative. Pensez dès lors à mettre à sa portée les outils nécessaires en gardant à l’esprit que créer, ce n’est pas seulement dessiner, c’est aussi bricoler ou apprendre à recycler. Aménagez également un espace adéquat où il se sentira à l’aise.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>