Couple : la jalousie, ce qui pourrit ta vie… et la mienne!

by Dorothé PAZ 0

La jalousie peut rapidement miner le quotidien de l’autre. Mais pas que. Pour le jaloux lui-même, ce comportement excessif traduit une vraie souffrance qui le ronge. Si la prise de conscience est un bon début, il est indispensable d’avoir recours à un spécialiste pour désamorcer ce qui alimente ses angoisses, souvent liées à l’enfance. Kamélia Zakaria, psychologue et sexologue nous en dit plus.

 

 

La jalousie dans le couple, c’est par exemple…
Quand votre partenaire vous flique sans cesse. Dès que vous avez le dos tourné, il vérifie vos messages, pirate vos identifiants pour aller sur les réseaux sociaux, filtre vos connaissances… Il y a aussi les interrogatoires de police du style, «t’étais où?», «avec qui?», «pourquoi as-tu tardé ?», etc. La liste est longue. Et l’élaboration de mensonges est également de mise. Le jaloux peut se révéler un véritable mytho à tendance paranoïaque quand il s’agit de justifier ses travers. Sans oublier d’ajouter «Mais c’est parce que je t’aime que je suis ainsi…».

La jalousie s’explique…
En psychanalyse, la jalousie tient d’abord au désir de posséder l’autre. Derrière cette volonté d’emprise se cache un état de dépendance affective prenant source dans l’enfance, les premières relations,… Un manque de confiance en l’autre vient traduire, via un mécanisme de projection, un manque de confiance en soi existant et que l’on attribue à l’autre.
Le jaloux n’a pas confiance en lui et lorsqu’il prend conscience de ses actes et de la souffrance occasionnée à son conjoint, il justifie souvent son comportement par le fait qu’il ne pourrait jamais vivre sans l’autre.

Mais ce qui est sûr, c’est que la jalousie n’est jamais légitime
La jalousie n’a jamais été un ingrédient essentiel à la réussite d’un couple. A petite dose, la possessivité engagée par la jalousie peut en stimuler plus d’un, ou bien au contraire, par excès, détruire des projets de vie. La jalousie se matérialise alors comme une troisième personne dans le couple et s’installe comme un tiers séparateur provoquant des discordes à répétition.

La thérapie, la solution pour soulager ses angoisses
Très souvent la personne qualifiée de jalouse ne prend conscience du caractère excessif de son comportement et de son schéma de pensée, que sous l’influence du conjoint qui souffre et menace de partir. Pour autant, aucun conjoint n’a, seul, les moyens d’aider le jaloux à sortir de son schéma obsessionnel, un mode de pensée installé depuis plusieurs années, voire depuis la petite enfance.
C’est à ce moment là qu’elle décide de consulter un spécialiste. Une thérapie individuelle et/ou en couple donnant d’excellents résultats est proposée et, selon les cas de figures, les proches peuvent prendre part à la thérapie en participant à des jeux de rôles.

 

La jalousie maladive plus propre aux femmes? Pas forcément!
Selon les études, la jalousie s’accorderait aussi bien au masculin qu’au féminin. Que ce soient en termes de fréquence et d’intensité de la jalousie, là encore, hommes et femmes sont à égalité. Les deux sexes se distinguent, toutefois, dans leur manière de réagir. Chez les femmes, la jalousie se dévoile par un comportement hystérique et dépressif tandis que, chez les hommes, elle a un caractère paranoïaque, le jaloux est comme habité par un doute obsédant.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>