Jalil Tijani sur les planches avec Jeux de Société

by Mélanie WILMS 0

One-man-show écrit et interprété par Jalil Tijani, ce comédien ayant fait ses armes à l’Ecole du Jeu de Paris et au sein de l’équipe marocaine d’improvisation, «Jeux de Société» poursuit son cheminement à travers les salles du Royaume. Avec toujours pour seul leitmotiv de réunir autour du rire, ce programme déroule durant 1h30 autodérision et douce satire du quotidien grâce à une galerie de personnages hauts en couleur. A découvrir assurément!

Photo Achraf Akkar et Fadel Senna

 

 

Affiche One man show «Jeux de société»

Pourquoi avoir choisi le one-man show?
Sur la forme, j’ai trouvé une résonnance avec mon expérience du jeu classique. Cela peut paraître bizarre car d’apparence le one-man-show n’a rien à voir avec les classiques (Molière, Racine, Shakespeare) mais ces pièces m’ont beaucoup aidé à construire mes personnages en m’apprenant à entrer dans leur psychologie. Sur le fond, je suis allé vers le one-man-show pour son rapport au rire et les choses vraies qu’il est capable de dégager. J’aime cette sensation du rire franc et libérateur souvent dégagée par cette discipline. Finalement, dans mon travail, je tente de faire raisonner quelque chose chez mon semblable et si je le fais avec assez d’acuité, le retour est immédiat, le rire s’impose!  Le retour sonore et les réactions du public nourrissent beaucoup mon jeu, du coup chaque date est différente.

Comment expliquez-vous l’engouement du public pour votre spectacle?
Je ne me l’explique pas… Je le dois véritablement au public qui est déjà venu me voir…  Tout ce que je peux dire c’est que les spectateurs ont aimé ce qu’ils ont vu, en parlent autour d’eux. Je pense que les personnages que je joue les touchent tout simplement et qu’ils apprécient la justesse que je tente d’apporter à mon travail.

 

«Le métier d’humoriste, je l’aime profondément. Je pense que c’est un métier noble qui est trop souvent galvaudé. Il mérite d’être défendu avec dignité. C’est ce que je tente d’incarner humblement et avec sincérité.»

Quelles sont les ambitions de vos représentations?
Selon moi, ce n’est pas une question qui sied à un comique. Je n’essaye pas de cibler un public précis ou d’atteindre des objectifs. Le seul contrat que j’ai avec moi-même est d’être authentique et de réunir le plus de monde possible tout en célébrant l’instant. Je trouve génial de pouvoir rassembler par le rire des gens qui ne se connaissent pas et qui surtout ne se ressemblent pas. Le temps de la représentation, le rire vient prouver qu’on vit tous les mêmes choses et qu’on a finalement plus de choses en commun qu’on ne l’imagine.

Pourquoi Jeux de Société? Quel est son message?
J’aime à dire, à propos de mon spectacle, que je me suis chargé de l’écrire et que je vous laisse le soin de le décrire. Bien évidemment, je suis habité par de nombreux sentiments mais ma manière à moi de les exprimer, c’est l’humour. J’ai atterri sur scène pour pouvoir les exprimer avec la légèreté et la bienveillance du rire, en réunissant plutôt qu’en opposant. Mes textes parlent donc pour moi et je laisse le soin aux spectateurs de se les approprier.

Et vos personnages? Comment sont-ils nés?
Mes personnages, qu’il s’agisse du chauffeur de taxi, de Balla Ghalia, de Badiâa la matérialiste,… m’ont tous été inspirés par les nécessités que j’avais de parler de certains sujets. Tout au long du spectacle, je veille à leur rendre leur part d’humanité et ce, malgré leurs travers. Quant au titre, il est venu assez vite. J’ai été attiré par la double lecture de «jeu de société» : on joue tous en société, on a tous notre masque, on est tous, à un moment ou un autre, un personnage. D’ailleurs ce mot vient du latin «personna» qui signifie le masque de l’acteur. Une fois que les masques tombent, c’est une toute autre personne qui se révèle, capter cela, c’est aussi le travail de l’humoriste.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>