Couple à distance Loin des yeux, près du coeur

by Wissal FARIS 0

Véritable phénomène de société, les relations amoureuses à distance sont en recrudescence à travers le monde. Emblématique de l’augmentation de la mobilité et de l’évolution des rapports hommes/femmes, cette nouvelle façon de vivre en couple n’est pas prête de passer de mode, bien au contraire. D’ailleurs, selon une étude très sérieuse réalisée conjointement aux Etats-Unis et en Chine, les relations à distance durent plus longtemps que les couples «traditionnels». Pourquoi? Comment? On fait le tour de la question.

 

 

Un changement profond de société
Dans les pays anglo-saxons, on les appelle les «LAT, living apart together» ou encore les «LDR (Long Distance Relationship», en français les «célibataires géographiques».
Chaque couple a sa formule gagnante, allant du très rodé «le week-end ensemble, la semaine séparée» aux rendez-vous plus épisodiques et plus aléatoires, style «trois fois par an», en tenant compte des aléas des agendas des deux amoureux.
Ce nouveau style de vie accompagne de profonds changements de société et répond de manière pratique aux problématiques soulevées par la mobilité professionnelle, l’importance donnée à la carrière dans la vie de chacun, aux reconfigurations possibles du couple, ou encore à l’évolution des rapports homme/femme.
Continuer à vivre auprès de son conjoint au quotidien, quitte à renoncer à une occasion professionnelle ou, au contraire, gravir les échelons de l’entreprise en mettant, un temps, entre parenthèses sa vie de couple : les conjoints bi-actifs sont désormais sommés de choisir.

Cependant, ne voir qu’un douloureux moment de vérité conjugale serait trompeur. Car, si l’éloignement géographique reste lourd de conséquences, il permet aussi à chacun de garder son autonomie, de ne pas dissoudre son identité dans le couple – et ainsi de répondre au très fort souci d’indépendance manifesté par chacun aujourd’hui.
Loin de ne révéler qu’une empreinte grandissante des impératifs professionnels dans la sphère intime, le phénomène des célibataires géographiques inaugure sans doute aussi une nouvelle manière de vivre à deux.
Internet, allié du nouveau romantisme?
Vivre en couple séparé, pas facile, me direz-vous? Pas si sûr. Selon une étude réalisée par des chercheurs chinois et américains et publiée dans la revue «Journal of Communication», les relations à distance seraient plus solides que les relations «traditionnelles». Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont comparé le quotidien de plusieurs couples vivant à distance et de couples habitant ensemble ou à côté. Résultats : les amoureux à distance sembleraient se confier plus facilement à leur partenaire et se sentiraient plus proches que les autres couples.
Le développement d’internet, des réseaux sociaux et des smartphones n’est pas innocent dans ce résultat. Il y a encore quelques décennies, vivre une histoire d’amour à plusieurs centaines (voire milliers) de kilomètres de l’être aimé relevait véritablement du parcours du combattant. Mais aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, il est devenu facile de communiquer tous les jours avec sa ou son partenaire. C’est ce qu’ont expliqué les couples interrogés : au quotidien, ils se racontent leur vie et se livrent leur intimité via des sms, messageries instantanées, e-mail, échanges vidéos…

Ce serait cet effort de communication qui, d’après les chercheurs, viendrait expliquer les résultats obtenus. En effet, les couples à distance seraient obligés de fournir plus d’efforts pour maintenir à bien leur relation, tandis que les autres couples auraient tendance à se reposer sur leurs lauriers ainsi que sur la possibilité de se voir quand ils le désirent.

Voilà peut-être les contours d’un nouveau romantisme. Pour les célibataires géographiques, l’heure est en effet au partage d’instants rares, et donc précieux. Des moments qualitativement riches, à défaut d’être quantitativement nombreux. Se voir peu, amène chacun à multiplier les tendres attentions au moment des retrouvailles, à esquiver les sujets qui fâchent, à se présenter sous son meilleur jour… L’éloignement amène aussi à «statufier» l’autre, à idéaliser la relation amoureuse. En même temps qu’on s’éloigne physiquement, on fantasme mutuellement. Finie la fusion romantique, vive le romantisme émancipé!

 

Hommes, femmes, inégaux face à la mobilité
Selon une étude menée en France par la sociologue Isabelle Bertaux-Wiame, auteure de «Les intermittents du foyer» : «Les femmes trentenaires sont tout aussi mobiles que leurs homologues masculins. En revanche, l’arrivée des enfants les re-sédentarise presque immédiatement. On ne constate rien d’équivalent chez les hommes.»

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>