Hicham Bellaghzal, une expression de la vie à la bombe de 400 ML

by Mélanie WILMS 0

Sous la signature 400 ml, du nom de son collectif comptant également de jeunes talents comme Michimich et Laaouina, Hicham Bellaghzal, artiste grapheur, charme la cité ocre de ses œuvres à mi-chemin entre art graphique et Street Art. Associant tags, pochoirs et calligraphies, elles offrent un foisonnement de formes et de couleurs vives.

 

Je m’inspire de beaucoup d’éléments du quotidien, de la famille, des amis et des lieux. J’échange énormément avec mes amis qui sont tous dans le milieu créatif…

 

Comment a débuté votre carrière?
Depuis mon jeune âge, j’ai toujours été sensible à l’expression artistique mais en faire un métier a plutôt été un jeu de circonstances. Après l’école, j’ai, pendant un temps, travaillé dans la  boucherie familiale. Un jour, un client m’a commandé un tableau inspiré d’une œuvre connue. C’est comme cela que j’ai débuté mon activité artistique avant de prendre, avec mon ami Morran Ben Lahcen (NDRL pionnier du StreetArt au Maroc), un petit atelier à la médina puis un plus grand à Guéliz.

Vous êtes-vous directement orienté vers le Street Art?
Non, au départ, j’étais plus axé vers les portraits, les paysages et la calligraphie. En fait, j’ai commencé à toucher à l’univers artistique à l’école. En 2001-2002, suite à une activité scolaire au lycée, j’ai d’ailleurs eu la chance de travailler avec Larbi Cherkaoui avec qui j’ai énormément appris. A cette époque, je me suis vraiment attelé à la maîtrise des différentes calligraphies arabes.  Ensuite,  je me suis intéressé au Pop Art et me suis amusé à allier les couleurs vives et les codes de ce courant aux références marocaines.

Comment vous est venue l’idée de vous essayer à l’univers de Street Art?
Mon premier contact avec les bombes date de 2013. J’ai choisi d’explorer ce moyen d’expression car il répond davantage à la manière avec laquelle je peux exposer mes sentiments et mes envies. Je peux aussi utiliser énormément de couleurs vives, ce que j’apprécie énormément car pour moi, la vie c’est vraiment les couleurs. J’aime la possibilité qu’offrent les bombes, les pistolets, les pochoirs, ou le recyclage de pouvoir allier les techniques et les expressions. J’aime vraiment allier les styles, je mélange la sérigraphie, le Pop Art, la calligraphie… J’ai encore beaucoup de choses à explorer. Je voudrais notamment trouver un moyen de sortir mes œuvres du cadre, de les sortir de cette présentation classique sur le mur. Je travaille assidument et je tente constamment d’alimenter ma réflexion et d’envisager d’autres pistes de travail par ma participation à des résidences d’artistes, des évènements, des rencontres…
Quelles sont vos sources d’inspirations?
Je m’inspire de beaucoup d’éléments du quotidien, de la famille, des amis et des lieux. J’échange énormément avec mes amis qui sont tous dans le milieu créatif (photographe, infographiste, vidéaste, musicien,…). On se conseille et on se complète en quelque sorte. Je suis également beaucoup inspiré par la musique, surtout le jazz et Pink Floyd. Je tire également de l’inspiration de la poésie, principalement celle de Mahmoud Darwich. En fait, je titre mes tableaux à partir de ses poèmes. Dans mes œuvres, je ne cherche pas forcément à faire passer un message. Elles sont vraiment la résultante, en instantané, d’un état d’esprit. J’aime assez y mélanger les langues, les images de la vie courante et les références culturelles (musique arabe, cinéma américain, localité).

 

L’actu…
– Depuis le 19 juin, exposition à L’Envers d’œuvres et d’installations temporaires et permanentes. 29 rue Ibn Aicha, Guéliz, Marrakech.
– Depuis le 30 juin, exposition à  l’hôtel Mövenpick Hotel Mansour Eddahbi d’œuvres sur toile et de compositions monumentales dans les différents espaces de l’établissement, fruit d’une résidence de 3 mois. Avenue Mohammed VI,  Hivernage, Marrakech.
– Du 7 au 10 juillet, participation au Festival Al Haouz, Tahanaout                                        
– En août, une prochaine résidence d’artistes à l’Amphitrite Palace, Plage de Skhirat.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>