Les activités corporelles, un défouloir opportun?

by Mélanie WILMS 0

Si les vacances représentent une période propice au repos, pour les bambins elles peuvent très rapidement être synonyme d’ennui et d’agitation. Afin que riment divertissement et apaisement, on a tenté d’en savoir un peu plus avec  Kenza Mouahidi, fondatrice de Just Dance et prestataire bien-être, sur les bienfaits de disciplines rythmées ou plus douces.

 

 

 

Un lieu d’expression
Si très tôt l’enfant développe quelques blocages sous le regard de la société il faut savoir qu’avant 6 ans, il ne ressent aucune honte de son corps ou de son expression. Finissant par bloquer émotionnellement le chakra du plexus solaire, il en perd cette respiration ventrale innée, bénéfique notamment dans la gestion de ses émotions. Aujourd’hui, dans de nombreux cours d’expression corporelles, on tend à donner aux  bambins  l’occasion de s’exprimer dans la joie, sans jugement aucun, de créer des bruitages, de faire de la musique,  de chanter et ce, de manière très libre en cercle, en ligne ou autres. Durant ces moments, ils ne voient généralement pas le temps passer, ils y défoulent considérablement tant leur corps énergétique que leur corps physique, ils y développent leur respiration, de même qu’ils aiguisent leur rapport sociaux en se connectant véritablement les uns avec les autres.
Un espace libérateur
En grandissant, garçons et filles peuvent trouver dans l’exercice de la danse, quelle qu’en soit le type, un moyen de développer de multiples compétences et de véritablement se défouler. Citons l’apprentissage d’une chorégraphie qui peut, entre autres, leur inculquer la synchronisation, des notions d’occupation de l’espace ainsi qu’une bonne dose d’assurance. Mouvements et exercices vont, eux, à l’instar du yoga, apporter souplesse, bien-être, davantage d’espace dans le corps et lubrification des articulations. Plus encore, ces pratiques peuvent véritablement libérer l’enfant de sa rigidité et de ses blocages notamment au niveau du plexus, ce qui va contribuer à son mieux-être. La confiance allant de pair avec l’envie de reconnaissance, les petits danseurs et danseuses ne manqueront pas de partager avec leurs parents leurs efforts que ce soit à travers des vidéos ou lors de leur pratique à la maison.

Une voie d’apaisement
Si la danse, de par son activité intense, peut apaiser, les bambins peuvent également apprécier la quiétude qu’offre le yoga. Accessible dès 3 ans, des formes de yoga ludiques permettent d’appréhender peu à peu la respiration et quelques postures classiques. Au cours de séances cadencées d’histoires, de mantras et de dessins entourant la pratique, peuvent se succéder avec légèreté les poses du guerrier, de l’arbre, du chien tête en bas ou encore du lion rugissant. En grandissant, d’autres postures leur seront accessibles et ils auront davantage conscience de leur respiration et des exercices exécutés.

 

Impacts comportementaux
– Libération des émotions accumulées – les enfants sont de véritables éponges émotionnelles (tensions silencieuses, conflits, peur de la séparation).        
– Aide à la concentration – instauration d’un rituel chez l’enfant – restitution spontanée d’une semaine à une autre.        
– Restructuration importante de la part du pédagogue de la compétition qui peut régner entre les enfants – jeux des égos à aplanir par la discussion et le partage notamment.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>