Cultiver la bienveillance, 5 pistes pour (bien) commencer

by Wissal FARIS 0

La bienveillance est à la mode. Se soucier de l’autre, penser à son bien au travers d’une relation vraie. On ne cesse d’en parler et de l’évoquer… Le dire, c’est bien; le faire, c’est mieux. Alors voici 5 pistes et 5 exercices pour faire de la bienveillance au bureau, une réalité.

 

 

1. S’entraîner au quotidien et observer
La bienveillance s’incarne dans des comportements, par des règles de base de politesse et de courtoisie que chacun connaît mais oublie parfois dans la pression du quotidien. Pour qu’elle se développe, notamment en entreprise, il faut bien que quelqu’un commence.
Pourquoi pas vous? Vous serez peut-être celui ou celle par qui la vague positive est arrivée. En tout cas, vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. Quand on est bienveillant pour les autres, on se sent bien, soi-même.
Votre exercice : Identifiez trois actions simples et bienveillantes, à réaliser facilement durant les deux ou trois prochains jours. Lorsque vous l’avez fait, observez votre état d’esprit. Et recommencez au moins durant 15 jours. Vous constaterez les résultats plus vite que vous croyez.

2. Donner du sens au travail
L’une des clés pour amener ses collaborateurs à être plus performants, c’est d’expliquer, de donner du sens, de faire adhérer et, ainsi, de susciter l’envie et l’enthousiasme. Lorsque l’on comprend ce qui est attendu de soi, on peut et on veut agir. Et là aussi, tout le monde est gagnant.
Votre exercice : La bienveillance commençant par soi-même, cherchez à percevoir l’utilité de votre travail et de vos missions. Réfléchissez au-delà de vos tâches quotidiennes parfois fastidieuses ou ingrates. Cela vous sortira du piège de la routine et vous donnera envie de progresser.

3. Oser la gratitude
Dire merci, ce n’est pas anodin, cela déclenche une onde positive.
On peut remercier ses collègues, on peut aussi remercier son manager, même si on y pense moins.
Ce n’est pas parce qu’on a un statut de manager que l’on a complètement perdu le besoin d’être reconnu. Nous sommes tous des êtres humains.
Votre exercice : Exprimez votre gratitude à un ou plusieurs collègues en étant le plus précis et le plus concret possible. La seule règle : le faire avec sincérité.

4. Favoriser l’entraide
Si un collègue est en difficulté sur un projet, il est important de l’encourager. Les encouragements favorisent le sentiment d’efficacité personnelle, qui lui-même contribue à diminuer le niveau de stress. Alors pourquoi s’en priver?
Votre exercice :  À qui pourriez-vous donner un coup de pouce? Interrogez-vous régulièrement : ai-je encouragé mes collègues ou mon manager récemment?

5. Oublier le mépris, opter pour la considération!
Le mépris, qui peut s’exprimer verbalement, mais aussi par un soupir, un regard ou de l’indifférence, est source de frustrations multiples et de stress. Il est donc essentiel de l’éviter et au contraire, de faire mieux en exprimant de la considération.
Votre exercice : Soyez déjà poli en saluant un collègue ou un collaborateur en le regardant dans les yeux. Intéressez-vous à ses enfants, à ses succès,.. bref à lui et à ce qu’il fait. Mais là aussi, toujours avec sincérité.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>