Stop au grignotage!

by Mélanie WILMS 0

Avec le docteur Laila Ennazk, endocrinologue, diabétologie et nutritionniste, on tente de mieux comprendre le phénomène de grignotage et de mettre en lumière quelques bons gestes à adopter, au quotidien, pour se défaire de ce «laisser-aller» face à la nourriture.

 

 

 

 

«Les facteurs à l’origine de l’installation de cette compulsion alimentaire sont multiples et intriqués.»

Une envie insidieuse
Ne coïncidant avec aucune véritable sensation de faim (signe du besoin physiologique du corps pour les nutriments), le grignotage se caractérise par la prise alimentaire répétée et fractionnée. S’opérant avec des aliments appréciés (le plus souvent hypercaloriques) et facilement disponibles, l’ingestion est suivie d’une satisfaction qui ne dure pas, ce qui induit le besoin de recommencer.

Des déclencheurs divers
Comptant parmi les déterminants psychologiques fréquents, le stress, favorise la prise alimentaire par réactivité de l’axe corticotrope hypothalamo-hypophysaire. La prise de l’aliment-plaisir et la recherche de satisfaction qui lui correspond peuvent avoir trait à un manque de confiance en soi, une mésestime de son image corporelle, voire même un véritable trouble anxio-dépressif.  Notons que les comportements alimentaires restrictifs ont bien souvent une incidence. Adoptés fréquemment chez les jeunes en vue d’atteindre un idéal de minceur reconnu socialement, ils conduisent à des phénomènes de désinhibition (grignotage, crises compulsives,…) entraînant la mise en place d’un cercle vicieux (restriction /frustration; grignotage incontrôlé /prise de poids / restriction…). Enfin, les stimuli extérieurs (odeur des aliments, présentation appétissante) entrainent, chez certaines personnes, une envie incontrôlée de manger, ce qui favorise à terme une prise de poids.

Les commandements anti-grignotage
1. Ecouter ses sensations alimentaires. Manger en dehors de la sensation de faim-signe est néfaste pour le corps.
2. Manger en pleine conscience
Prendre le temps de savourer, de bien mâcher et de prendre du plaisir.
3. Bien manger pendant les repas principaux pour diminuer les fringales postprandiales.
4. Ne pas se priver. Garder une alimentation équilibrée et éviter absolument les régimes «sans».
5. Contourner les envies et favoriser les snacks hypocaloriques. Prendre un fruit; boire un grand verre d’eau ou des tisanes.
6. Faire du sport, de la méditation, du yoga, de la relaxation… S’octroyer du temps et évacuer le stress. L’activité physique favorise aussi la sécrétion des endorphines, les «hormones du bonheur».
7. Eviter de tomber dans l’ennui
Remplir ses journées aident à contourner les crises.
8. Veiller à une bonne qualité de sommeil pour favoriser l’équilibre de la neurotransmission et donc de l’humeur.
9. Prendre conscience de son état
Ne pas hésiter à consulter ; la compulsion alimentaire masquant parfois un état anxio-dépressif demandant un  traitement médical.

Pour en parler en famille…
Dans la série «Ainsi va la vie», Dominique de Saint Mars et Serge Bloch font découvrir à Max et Lili pourquoi il arrive que l’on mange trop. Au fil de l’histoire, ils perçoivent ainsi que leur amie Marlène est inquiète et parfois triste. Une lecture qui tend à  inciter les parents et les enfants à goûter au plaisir de résister, à parler vrai et à ouvrir d’autres portes que celles du frigo!

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>