inégalité croissante face au cancer

by Wissal FARIS 0

Le chiffre a de quoi effrayer. En 2030, le nombre de femmes dans le monde qui décèderont suite à un cancer pourrait atteindre 3,5 millions, soit une hausse de 60% par rapport à 2012, selon la Société Américaine du Cancer (ACS). Décryptage.

 

 

 

Bien sûr, ce chiffre concerne le monde entier et n’est pas forcément transposable au Maroc où des efforts importants ont été faits ces dernières années pour encourager le dépistage précoce, notamment du cancer du sein. Cependant, ce rapport pointe l’inégalité croissante entre hommes et femmes face au cancer.

Une différence qui se creuse
Selon la dernière synthèse de l’Institut du Cancer en France, le nombre de décès après un cancer a baissé de 2,9% par an entre 2005 et 2012 pour les hommes et de seulement 1,4% par an pour les femmes. Deux raisons : d’une part, on constate une meilleure prise en charge des cancers chez l’homme; d’autre part, les hommes fument et boivent moins qu’avant… et les femmes s’y sont mises.

Une augmentation du cancer du poumon et du sein
Partout dans le monde, les cancers du poumon et du sein progressent. Or le taux de survie suite à un cancer du poumon est catastrophique. Heureusement, depuis 2010, le nombre de fumeurs et fumeuses tend à se stabiliser au Maroc.
Quant au cancer du sein, il tue globalement moins mais on constate une hausse des cas chez les femmes jeunes (moins de 50 ans) et de plus de 75 ans. Deux explications sont avancées par les spécialistes : la maternité tardive et la consommation de boissons alcoolisées.

Le cancer de l’utérus, l’autre cancer féminin
Malgré les appels au dépistage et la mise sur le marché d’un vaccin pour s’en prémunir (vaccin qui souffre d’ailleurs d’une mauvaise presse), l’incidence et la mortalité du cancer de l’utérus ne régresse pas.

Les médicaments soignent mieux les hommes!
Parce que les femmes ont tendance à se préoccuper plus de leur famille que d’elles-mêmes, elles prennent souvent trop tardivement le chemin d’un cabinet médical et cela peut vite tourner à la catastrophe. On sait en effet qu’un cancer peut se développer de manière foudroyante surtout quand il apparaît précocement. A cela s’ajoute une injustice plus insidieuse : les médicaments sont plus efficaces sur les hommes. La raison est toute simple : les femmes sont sous-représentées dans les essais cliniques. Pour expliquer cette exclusion, deux arguments sont avancés par les laboratoires : des variations hormonales du cycle féminin compliqueraient l’analyse des résultats et feraient ainsi augmenter le coût des recherches; les femmes doivent être protégées d’expérimentations médicales qui pourraient mettre en danger le fœtus si elles ignorent qu’elles sont enceintes au moment des tests. La conséquence est grave puisque non seulement les médicaments soignent mieux les hommes que les femmes mais en plus, les femmes qui prennent un médicament ont environ deux fois plus de risques de subir ses effets indésirables que les hommes!

Nous ne sommes pas égaux devant l’alcool.
L’alcool agit comme un stimulateur hormonal. Résultat : boire sans compter accroît le risque de développer un cancer du sein. La première arme contre la maladie, et le cancer en particulier, c’est une bonne hygiène de vie : sport, alimentation saine, absence d’excédent de poids, de tabac et d’alcool. La seconde est une visite régulière chez son médecin généraliste.

 

20% Au même taux de tabagisme, une femme a environ 20% de risques supplémentaires de développer un cancer.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>