Parents et enfants sur les starting-blocks vers le bac

by La Rédaction 0

ça y est, votre enfant prépare le bac cette année? Pour passer, et préparer cette épreuve, stressante pour les enfants comme pour les parents, nous nous sommes adressés à Meryem Benazzouz, coach certifiée de la No Limit Coaching Académie et formée à l’Appreciative Inquiery.

 

 

 

«Evitez l’erreur des comparaisons et gardez à l’esprit que chaque enfant est unique et singulier!»

 

Que répondre aux parents angoissés face à l’approche du bac?
Le rôle des parents est d’accompagner son enfant, de l’encourager et de le soutenir en assurant l’assistance technique et affective dont il a besoin. Leur inquiétude est souvent inévitable mais elle ne doit pas accentuer le stress de l’enfant, tout comme l’angoisse de l’enfant ne doit ne pas se retourner contre les parents! Il est fortement recommandé d’accueillir cette inquiétude, la reconnaître et quand elle envahit, prendre du recul. Souvent les jeunes estiment que les parents sont plutôt une source de stress supplémentaire! D’autres ressentent un manque d’intérêt (voir d’amour selon leur perception) quand les parents ne s’impliquent pas. Il faut donc trouver la bonne distance (ni trop ni pas assez). Cela ne veut pas dire pour autant baisser les niveaux d’exigence (et en toute bienveillance).

Jusqu’où aller pour que son enfant révise?
Les limites sont certes nécessaires mais il est important de laisser à son enfant le choix de sa façon de réviser ainsi que des moments pour souffler un peu. Il est essentiel que les parents soient à l’écoute de leur enfant et qu’ils entretiennent leur motivation. Il peuvent assui proposer leur aide, notamment dans la méthodologie à suivre (rétro-planning, élaboration de fiches, établissement des priorités…). Si l’enfant ne révise pas (ou plus), il est recommandé de faire le point avec lui pour comprendre sa démotivation, tout en le rassurant de leur amour inconditionnel et lui faisant comprendre qu’il y a toujours différentes possibilités de rebondir. Les parents doivent accepter que l’enfant refuse leur aide mais il faut qu’il sache qu’il pourra revenir vers eux quand il le voudra.

Quelles règles/limites à respecter pour ne pas être trop intrusif?
Les règles et les limites sont à poser avec son enfant, en l’impliquant dans les décisions. Gardez toujours ce désir bienveillant de trouver et /ou maintenir un climat serein, basé sur la confiance et le respect mutuels. Cependant, dès lors que les règles sont clairement établies d’un commun accord, on reste calme et ferme! On peut prendre comme exemple de règle à établir, celle de réviser sans écran, de s’alimenter de manière variée et équilibrée et de maintenir un rythme et un certain nombre d’heures de sommeil. Les enfants ont tendance à faire des nuits blanches or cela peut avoir un impact considérable le jour des épreuves.

 

Quel comportement?       
On veillera à multiplier les attentions pour le réconforter et lui laisser quelques marges de manœuvre, comme accepter certaines sautes d’humeur. Veillez cependant à ne pas négliger ni sous-estimer les besoins de la fratrie. La préparation du bac de l’un des enfants, ne veut pas dire pour autant que la famille s’arrête de respirer, juste qu’une indulgence est de mise et que tout un chacun est invité à contribuer à un environnement apaisé et positif!   

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>