Les vaccins, des murs de défense pour les tout-petits

by La Rédaction 0

A l’heure où les messages les plus contradictoires circulent sur la toile à propos des dangers éventuels des vaccins, on fait le point sur leur nécessité, ou non, avec le docteur Mohammed Bennouna, pédiatre à Casablanca.

Propos recueillis par Michèle Desmottes · Photos DR

Que conseillez-vous aux parents qui hésitent à vacciner leur enfant?
Les vaccins sont les seuls capables de protéger efficacement contre un certain nombre de maladies graves. En France, où des parents ont arrêté de vacciner systématiquement leurs enfants, on voit réapparaître des cas de rougeole!

Quelle est la situation au Maroc?
Heureusement, ce n’est pas le cas dans notre pays. Rares sont les parents qui s’opposent au vaccin. Il faut souligner que le Maroc fait partie des états pionniers qui se sont engagés pour assurer à l’enfant le droit aux vaccins. Le pays reste d’ailleurs leader dans ce domaine. Un calendrier fixe les vaccinations applicables aux enfants résidant au Maroc en fonction de leur âge.

Quel est le calendrier des vaccins obligatoires?
Le premier vaccin obligatoire est le BCG. Administré le dixième jour de vie, il est nécessaire pour inscrire son enfant à l’état civil. C’est vrai que dans beaucoup de pays, ce vaccin n’est plus obligatoire, la France est seule en Europe à l’exiger. Cependant, vu la situation socio-économique et les conditions d’hygiène qui existent dans certaines régions ainsi que la survivance de certains foyers épidémiques, il vaut mieux continuer à vacciner.
A 2 et 4 mois de vie, on administre soit l’hexavalent, soit le pentavalent, qui comme leurs noms l’indique couvrent 6 ou 5 maladies : la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, l’haemophilus influenza ainsi que l’hépatite B. On administre également le vaccin contre la diarrhée à rotavirus et l’antipneumococcique. A 1 an de vie, on vaccine contre le ROR (rougeole, oreillons et rubéole), sans oublier une deuxième dose 3 mois plus tard, une troisième dose de l’hépatite B et une dose d’antipneumococcique.
On administrera aussi un rappel de pentavalent à 18 mois de vie et des rappels, tous les 5 ans, de DT Polio (diphtérie, tétanos et poliomyélite)

Quels sont les vaccins que vous conseillez également?
Il vaut mieux ajouter le vaccin contre la varicelle (administré en 2 doses, à 6 mois d’intervalle, à partir d’un an), l’hépatite A (même protocole) et un nouveau vaccin contre la méningite à méningocoque (administré soit en deux doses entre 1 et 2 ans, à six mois d’intervalle, soit en une seule dose après 2 ans). Il faut ajouter le vaccin contre le Papillomavirus, le virus responsable du cancer du col de l’utérus. Il est préconisé à partir de 10 ans chez les fillettes comme chez les garçons, à intervalle de 6 mois entre la première et la deuxième dose. Au-delà de 14 ans, ce sera trois doses, la deuxième un mois après la première; la troisième, après 6 mois.

Que faire en cas d’oubli?
Les établissements scolaires et bien sûr les médecins jouent un rôle important en alertant les parents des échéances des rappels. D’ailleurs, la présentation obligatoire du carnet de vaccination lors des inscriptions permet de vérifier que les rappels ont été effectués. Si l’échéance est dépassée, il est toujours temps de bien faire. Les rappels de vaccins de DT Polio, par exemple, sont absolument nécessaires. Ils stimulent les cellules mémoires qui vont ainsi protéger correctement la personne à qui le vaccin est administré.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>